La Lune

La Lune
Votre vote pour nous ?

Analogies astronomiques : Valeurs de satellite; valeurs de nuit; valeurs de mobilité et de changement (rapidité du mouvement et changement des phases de l’astre).

Elément : L’Eau.

Age de la vie : L’enfance. L’âge de la graine. Principe général : Principe matriciel-maternel, réceptif, plastique, matériel, de fécondité, de gestation, de reproduction et de croissance; représente la force de végétation et de fertilité de la nature. Tempérament : Anabolique, vagotonique, en général bréviligne —Lymphatique.

Fonctions physiologiques : Fonctions digestives (estomac, intestins) et reproductives (ovaires, seins); concerne les liquides, muqueuses et séreuses. Physiopathologie : Processus en hypo : hypothermie, hyposthénie, hypotension… Epilepsie.

Caractérologie : Nerveux (Emotif-non Actif-Primaire) ou chez le type inférieur Amorphe (non Emotif — non Actif — Primaire). Voir le Cancer. Il existe deux types lunaires opposés qui correspondent à la dialectique de ce signe.

Fonctions psychologiques : En relation avec le « ça », la Lune régit la vie infantile, archaïque, végétative, autistique et animique de la Psyché; ce côté « inférieur » que Ptolémée appelle « l’âme animale ». La zone lunaire de la personnalité est cette zone nocturne, inconsciente, crépusculaire de nos tropismes, de nos pulsions instinctives. C’est la part du « primitif » qui sommeille en nous, vivace encore dans le sommeil, les rêves, l’imaginaire, et qui modèle notre sensibilité. C’est aussi la part du moi le plus intime. Psychopathologie : Processus d’intériorisation et de régression vers le passé; infériorité; égocentrisme, narcissisme, hystérie; schizoïdie.

Morphologie : Type enfantin. Corps dilaté, adipeux, alourdi (bien qu’il y ait de rares lunaires longilignes); formes ondoyantes, fondues, noyées, en affaissement. Visage rond au front bombé et lisse, aux limites imprécises, avec sourcils et arcades peu marqués; des yeux à fleur de tête; un nez petit, creusé à la racine et relevé du bout; des lèvres en suçoire; des joues potelées; un menton faible, arrondi et fuyant, souvent qui s’épaissit ; le teint pâle. Traits d’ensemble émoussés, effacés, indécis, inachevés. Expression étonnée, naïve, absente, vague ou craintive, avec des gestes nuancés, évasifs. Impression d’indolence (ou de nervosité), de douceur, de rêve, de silence. Professions : Consistant à veiller, élever, entretenir, garder, circuler, procréer ou reproduire (alimentation, habillement, ameublement, élevage, pêche, navigation…) ; activités en rapport avec l’enfant (puériculture, enseignement) et le public (politique, arts).

Arts : Le genre intime et personnel : poésie, lyrique surtout, conte, fable, journal intime, folklore, histoire anecdotique ; mélodie, berceuse, poème symphonique; l’intimisme pictural.

Destinée : Symbole de la vie intime, du « jardin secret », de l’impalpable chanson de l’âme, mais aussi des servitudes matérielles et des débordements instinctifs. Aspiration au bonheur simple, à la vie heureuse sans histoire, chez soi; sinon destinée capricieuse, vagabonde, fantaisiste, instable; la « vie de bohème ».

Personnages : Le principe féminin (anima) : mère, soeur (aînée), tante, épouse, servante. Social : La foule, le peuple, le public, la nation; la république. Cas historiques : Corot, Flaubert, La Fontaine, Millet, Modigliani, Musset, Proust, Rembrandt, Schubert, Schumann, Verlaine.