La voyance c’est d’abord de l’énergie

LES ENERGIES ÉLÉMENTAIRES

Chaud :

La chaleur est foyer d’énergie, principe dynamique imprimant un mouvement à la matière; force motrice, elle anime, déve-loppe, transforme et fait évoluer les choses auxquelles elle donne de l’intensité, de l’ardeur, de l’amplification, de l’exalta-tion. L’élan qu’elle imprime aux phénomènes peut se traduire par un élan au-dehors (force centrifuge, extériorisation, épanouissement, expansion…), en hauteur (jaillissement, libération de la pesanteur, dégagement, essor…) et en avant (impulsion vers l’avenir, force de croissance, rapidité, projection, conquête…).

Froid :

Le froid est le principe négatif opposé, analogue à la force d’inertie de la matière pesante et inerte, principe statique portant à l’immobilisation, à la contraction, à la retenue, à la réserve, à la paralysie des substances et des corps. S’il est con-traire à l’expansion de la vie et à son évolution, il est du moins fixateur, condensateur et conservateur de la matière dans sa structure acquise. Cette propriété passive, diminutrice, tend à s’exprimer par concentration (recroquevillement, repliement sur soi, resserrement, réduction, absorption, intériorisation, refoulement), par dépression (atonie, affaissement, alourdissement, soumission, abandon à l’état végétatif) ou par retrait en arrière (inhibition, frein, régression, inappétence, renoncement).

Humide :

L’humidité est un principe d’extension ou d’élargissement, de réceptivité, de diffusion, et par suite, de détente, de souplesse, de relâchement intérieur, de dilution, d’épanchement, de liquidité. Elle est aussi un principe de plasticité, de pénétrabilité ou d’absorption, d’enveloppement, de liaison, de mélange, de continuité, d’homogénéité. Elle gonfle les substances, les unifie, les dissout, tendant à la simplification et à l’unité par fusion des parties en une totalité. Elle constitue un facteur favorable à la fécondité, à l’épanouissement, à l’expansion de la vie, ainsi qu’à l’adaptation de l’être à son milieu, avec lequel il tend, en se dilatant et en se dissolvant, à s’intégrer, à se confondre. Elle adoucit et tempère.

Sec :

La sécheresse, qui en est la négation, est un principe de rétraction de la substance, de resserrement, d’isolement, de réduction, de résistance, et par suite de tension, de raidissement, de durcissement, de contrainte. Elle conduit au retrait sur soi des parties au détriment de leur cohésion; elle limite l’être par rapport à son milieu, dans un processus de fermeture, de self-défense, de refus, et en cela elle est un facteur d’inadaptation. Mais elle affirme la conscience du Moi en accusant l’individualisme.